4 – Georges Mercklé

 

 

04Site N° 4

 

       Le gouvernement de Vichy met fin à la république, les maires élus sont révoqués et remplacés par des désignations du préfet. Le changement paraît inévitable et impératif si l’ancien élu est de sensibilité socialiste ou/et de confession israélite.

 

 

Le gouvernement de Vichy et la fin des libertés

                Pour les hommes de Vichy, le régime parlementaire de la III République est responsable de la défaite. Le 10 juillet 1940, le parlement vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. La III République est remplacée par « l’Etat français ». Dans la nouvelle constitution du 10 juillet 1940, le maréchal Pétain cumule tous les pouvoirs. C’est un régime autoritaire, une dictature charismatique avec une forte propagande et un grand culte de la personnalité du maréchal. Un serment est exigé des fonctionnaires. Pétain cumule pouvoir exécutif et législatif, le grand principe républicain de la séparation des pouvoirs est supprimé ainsi que la devise « Liberté, Egalité, Fraternité» remplacée par « Travail, Famille, Patrie »

               Ce régime met fin aux grandes libertés. Les nominations de maires remplacent les élections. Les partis politiques sont dissous, les syndicats le droit de grève interdits. Les libertés publiques sont suspendues, les moyens d’information mis sous tutelle.

               Le gouvernement de Vichy réprime les oppositions, traque les communistes, les gaullistes, les résistants. Il met en place une politique xénophobe et antisémite. Les réfugiés et les Juifs étrangers sont internés dans des camps. Les Juifs français sont exclus de la société à partir d’octobre 1940. A partir de 1942, la police française opère de grandes rafles et contribue aussi à la « solution finale » décidée par les nazis.

 Le couvre-feu (témoignage de Pierre Mermet, garçon de 8 ans en 1944.) – 2015

Hubert Metzger                  

Hubert Metzger (Photo : archives municipales de Belfort)

Hubert Metzger (Photo : archives municipales de Belfort)

 Maire de Belfort (Belfort 07.10.1884 – Belfort 01.02.1958). Son service militaire achevé, Hubert Metzger devient employé de préfecture après avoir travaillé quelque temps à la SACM, Société alsacienne de constructions mécaniques. Mobilisé au 35ème RI lors de la Première Guerre mondiale, il est grièvement blessé à l’épaule droite en septembre 1914, lors d’un assaut sur le front de la Marne.

Le le maire Hubert Metzger lors de son discoursd'inauguration du monuments des fusillés, place Anne Frank, le 20 novembre 1954. (sources : archives municipales de Belfort).

Le le maire Hubert Metzger lors de son discoursd’inauguration du
monuments des fusillés, place Anne Frank, le 20 novembre 1954.
(sources : archives municipales de Belfort).

Il perd l’usage du bras droit et est réformé en 1917. Après avoir pris sa retraite en 1934, il se consacre à la vie politique locale. Conseiller municipal radical-socialiste et premier adjoint en mai 1935, il a la lourde tâche, après la mobilisation du maire Pierre Dreyfus-Schmidt, en 1939, de gérer les affaires municipales durant toute la période de l’occupation. ll est confirmé dans ses fonctions par le gouvernement de Vichy en 1941.

M. Metzger et Mme De Lattre de Tassigny lors de l'inauguration du monuments des fusillés, place Anne Frank, le 20 novembre 1954. (photo: Archives municipales de Belfort)

M. Metzger et Mme De Lattre de Tassigny lors de l’inauguration du monuments des fusillés, place Anne Frank, le 20 novembre 1954. (photo: Archives municipales de Belfort)

                   Durant cette période, il agit en toutes circonstances au mieux des intérêts des Belfortains et sans compromission aucune. Froid, inflexible, courageux, il arrive à en imposer même à l’occupant. Suspendu de ses fonctions à la Libération, il est réélu aux élections municipales d’août 1945 et retrouve, aux côtés de Pierre Dreyfus-Schmidt, son mandat de premier adjoint. En septembre 1945, il est élu au conseil général où il siège

jusqu’en 1949. En 1946, Pierre Dreyfus-Schmidt, devenu député, lui abandonne le fauteuil de maire de Belfort qu’il occupe jusqu’à sa mort.

Texte inspiré de l’article d’André Larger dans le dictionnaire bibliographique du Territoire de Belfort.

 

ad09003_anu030011fi0302004_x ad09003_anu030011fi0302006_x
ad09003_anu030011fi0302007_x ad09003_anu030011fi0302017_x

 (Affiches : ADTB)

Pierre Dreyfus-Schmidt (1902-1964)

[slideshow_deploy id=’470′]

Pierre Dreyfus-Schmidt aux cérémonies commémorant la Libération (photos : ADTB)

                 

Le maire et ses 4 adjoints élus en 1929. Pierre Dreyfus-Schmidt est assis à gauche; (Sources : Archives municipales de Belfort)

Le maire et ses 4 adjoints élus en 1929. Pierre Dreyfus-Schmidt est assis à
gauche. (Sources : Archives municipales de Belfort)

Pierre Dreyfus-Schmidt avec le général Carpentier le 26/11/1944 à Belfort (sources : archives municipales de Belfort)

Pierre Dreyfus-Schmidt avec le général Carpentier le 26/11/1944 à Belfort (sources : archives municipales de Belfort)

             Cet avocat belfortain, engagé dans le parti radical-socialiste,  joue un rôle politique de premier plan à Belfort durant les années trente. Devenu maire de la ville en 1935, il refuse l’affectation spéciale qui lui est proposée dans l’armée en 1939. Il est démis de son poste de maire en 1940 par le gouvernement de Vichy parce qu’il est juif. Mobilisé, il est fait prisonnier sur la ligne Maginot. Transféré à Belfort au quartier Bougenel puis à l’hôpital civil, il s’échappe, passe en Suisse puis en zone sud où il s’engage dans la Résistance. En novembre 1942, il gagne l’Espagne pour rejoindre la France Libre mais il y est emprisonné six mois. Il s’évade, passe en l’Afrique du Nord, retrouve l’armée, participe à la campagne d’Italie, et débarque en Provence avec la 1ere Armée Française en septembre 1944. Pierre Dreyfus-Schmidt participe à la libération de Belfort.

             Le Comité départemental de Libération (CDL) le rétablit dans sa fonction en le nommant maire provisoire de Belfort, en novembre 1944, en attendant les élections de mars-avril 1945 à la suite desquelles il est réélu. Pierre Dreyfus-Schmidt sera également plusieurs fois député. 

 

 Posted by at 16 h 32 min